Publiez vos actualités

Retrouvez toute l’information économique locale, des brèves, des infos « terrain » liées aux thématiques de votre communauté. Publiez dans l'espace adhérents les actualités de votre entreprise et augmentez votre notoriété.

PORTRAIT CPEM Var : un centre de traitement et valorisation dans la rade de Toulon

Implanté sur le site de Brégaillon à La Seyne-sur-Mer, le Centre de Production d’Eco-Matériaux (CPEM) de la société Envisan est désormais opérationnel. Il peut recevoir 160 000 m³ de matériaux par an qu’il va traiter et valoriser.

« Le traitement des sédiments est une activité qui doit idéalement être déployée au bord de l’eau », explique Daphné Glaser, Directeur Développement Sédiments et Dragages. La combinaison de l’activité de traitement de sédiment et de traitement de terre dont les techniques sont similaires permet de sécuriser le plan d’affaire. On installe ces centres, là où la contamination des sédiments est problématique pour les aménagements portuaires. C’est le cas de la rade de Toulon qui a souffert notamment du sabordage de la flotte durant la seconde guerre mondiale. Sans compter les besoins en dragage des très nombreux petits ports varois, la Rade elle-même est un marché important parce qu’il y a des besoins en dragage pour le maintien des passes d’accès pour les sous-marins, pour les ferries ou les croisiéristes. « Le CPEM est équipé d’une multitude d’équipements pouvant répondre aux besoins spécifiques de chaque typologie et orgine de sédiment. Le Centre est autorisé à recevoir et traiter les sédiments issus du littoral méditerranéen français et des rivières du bassin versant du Rhône ». 

 

Un site classé de 3,4 hectares

 « Par ailleurs, compte tenu du problème du foncier sur la côte, il fallait trouver un site suffisamment vastes pour accueillir  nos installations mais à faible valeur foncière. C’est le cas ici, où nous disposons de 3,4 ha ».  Autorisé depuis novembre 2013 et classé ICPE (installation classée pour la protection de l’environnement), le CPEM peut traiter à la fois terres et sédiments, ceci afin de sécuriser l’investissement qui s’élève à près de 4 M€, hors équipements mobiles. L’enveloppe est élevée car, eu égard à l’instabilité du sol, il a fallu créer une dalle autoportante en béton armé de 25 cm pour garantir l’étanchéité de l’installation. Envisan a bien évidemment obligation de récupérer et traiter les eaux de ruissellement avant rejet dans le milieu naturel.

Après traitement, on obtient différents produits tels que granulat, tout venant pour remblai…Ceux-ci pourront être utilisés pour les travaux de constructions de routes, structures bétonnées, ouvrages maritimes,… « Tout ce qui rentre sur le site en ressort ».

 

Envisan La Seyne emploie 3 personnes en permanence et 2 salariés en équivalent temps plein. 

Glaser Daphne

Daphné Glaser, Directeur Développement Sédiments et Dragages

 

 

 

Informations

Rédacteur
Julie DESPREZ
Consultante QSE

Date de publication
le 05/06/15 à 11:08